“Tu peux chercher dans l’univers entier pour trouver quelqu’un qui mérite autant d’amour et d’affection qu’en toi-même.

Tu ne trouveras cette personne nulle part ailleurs qu’en toi.

Tu es celui ou celle qui mérite ton amour et ton affection plus que n’importe qui d’autre dans ce monde.”

Gautama Bouddha

article1 corrige photo

 

Pas de bras ou dents jaunes ? La liberté d’être soi!

 

Comment faire pour vraiment se sentir libre d’être soi ? Une journée, tout parait simple et évident. J’ai des cheveux blancs, et puis! Je suis pas maquillée, et puis! Puis d’autres jours, d’autres moments, un mot, une phrase et toute cette belle confiance disparait…

http://

 

Oui je sais, c’est quoi ce titre ! Et non, je ne vous parlerai pas des « 5 blessures qui vous empêchent d’être soi-même» de Lise Bourbeau dans lequel elle explique comment le rejet, l’abandon, l’injustice, l’humiliation et la trahison, traumatismes subis durant l’enfance, nuisent à notre rencontre avec nous-même.

 

Mais écoutez bien cette histoire: J’étais dans un séminaire de formation pour coach, formateur etc…, le conférencier, Martin Latulippe, nous motivait à dépasser nos limites en disant : «Allez pas d’excuse, disons j’ai les dents jaunes, donc je ne peux pas être conférencier ? Come on tout le monde, des gens sans jambes, sans bras viennent sur la scène pour livrer leur message alors…»

 

Oui alors…???

Alors, le chemin de la libre expression, de l’estime de soi, du dépassement sur lequel je travaille depuis tellement longtemps, est- il terminé à 50 ans? La réponse est non. Je me suis amélioré, oui mais il me reste encore du chemin à parcourir …peut – être comme vous ?

 

Ceci m’a vraiment fait réfléchir parce que ces gens qui ont un handicap livrent, c’est certain, un message d’espoir et de persévérance grâce à leur réussite.

 

Est -ce que c’est plus difficile pour eux de venir par exemple livrer un message sur une scène …?

 

En un sens, je crois que non parce qu’en partant ils ont déjà acquis le capital émotionnel de compassion, d’admiration, de reconnaissance de la part de leur public , auditeur ou spectateur. Leur handicap est visible donc tout le monde peut à peu près se projeter sur leurs difficultés et tenter de comprendre combien leur dépassement a été difficile et…même remercier le bon dieu de ne pas avoir eu à en souffrir.

Je vous mets le lien de la vidéo d’une jeune femme déterminée, Jessica Cox : sans bras mais …inarrêtable ! C’est vraiment extraordinaire comment elle s’est adaptée à sa condition.

Oui, avoir un handicap visible peut être un avantage dans ce sens …Si tu es dyslexique par exemple, ( oui dyslexique vous savez les personnes qui ont de la difficulté à lire, ce type de handicap est neurologique, dans le cerveau…) Et là curieusement, les gens ont beaucoup plus de difficulté à s’imaginer dans cette situation et donc à ne pas juger : «T’sais si tu ne sais pas lire, tu n’es pas intelligent!» Ce sont des croyances qui ont la vie dure encore actuellement. Croyez en mon expérience avec mon fils dyslexique et beaucoup de personnes que j’ai pu évalué!

Quant à avoir les dents jaunes, imaginez, zéro capital sympathie mais sans doute beaucoup de jugement du style : c’est une personne qui ne prend pas soin d’elle. Elle n’a qu’à faire ceci ou cela…Être timide, rougir…? Woah il a zéro confiance en lui…Autant de jugement que nous pouvons porter sur les autres .

Ce matin, sur FB, il y  avait justement une jeune fille qui écrivait: comme je suis handicapée, beaucoup de gens ne vont pas aimer ma photo, ni la commenter. Aimes si tu me trouves belle et partage STP…Bien vous savez quoi ce post a été partagé 11300 fois. Woah!

Imaginez si j’avais écrit : Comme j’ai les dents jaunes, beaucoup de gens ne vont pas aimer ma photo…?! Non mais ce serait drôle d’essayer!

 

Je peux même affirmer que le degré de handicap n’est pas proportionnel au degré de souffrance qu’il peut engendrer. Dans ma pratique, j’ai déjà clairement senti qu’on peut souffrir plus d’un petit trouble d’articulation versus d’un bégaiement sévère !

Vous connaissez peut être le parcours de Mickaël Phelps, champion olympique en natation…hé lui, il avait un déficit d’attention (ça peut être visible mais pas tant que ça!) pour lequel il était médicamenté, et il avait les bras tellement longs à l’adolescence que tout le monde se moquait de lui. Les commentaires en dessous de la vidéo FB qui résumait sa vie était excellent dont un : « il ne faut pas toujours croire à ce que l’on nous dit enfant!»

Un dernier petit exemple de marque extérieure visible. Dans notre culture, le blond est synonyme de pureté (les anges), de beauté féminine  (Marilyn Monroe…) Est ce qu’on a un avantage en partant en étant blonde …rien n’est moins sûr…Si vous connaissez une blonde, elle pourra peut-être vous le dire?!

 

Donc, vous voyez les critères d’une certaine réussite sont heureusement bien au-delà de critères extérieurs …mais nous sommes conditionnés, façonnés par une certaine mode. C’est ancré dans nos modes culturels et il faut en être conscient pour s’en détacher et faire son PROPRE chemin… (Et si être blonde fait partie du chemin bien c’est ok, d’accord?!)

 

On en sortira pas…il faut s’accepter comme on est avec les dents jaunes si on veut ou pas, des bras ou pas

Et puis vous le savez, ce que vous êtes, n’est ni vos bras, ni vos dents!

 

Chacun de nous a à suivre son chemin, faire sa marque avec ses imperfections et ses qualités. Retournez à l’intérieur de nous-même, se reconnecter avec le grand Soi qui donne la confiance en soi, et lorsque nous nous accepterons entièrement, nous pourrons accepter les autres et les respecter.

 

J’ai beaucoup aimé le passage d’un article intitulé –Arrêter de vous préoccuper de ce que les autres pensent de vous du blog Boosteur de vie qui dit ceci:

«Vous ne pouvez contrôler ce que les autres pensent …vous devez arrêter de céder votre pouvoir, ne pas vous épuiser à plaire à tout le monde…

Comment reprendre le contrôle? (écoutez bien ça c’est super important) Si on est vraiment prêt à abandonner la drogue de l’approbation et de l’importance... »

Woah, beau conseil pour aller de plus en plus vers la liberté d’être, non ?!

 

C’est vrai qu’on aime tous tellement ça être aimé, qu’on cherche tous de la reconnaissance. C’est un des besoins fondamental de l’humain mais il ne doit jamais être réalisé au détriment de nous-mêmes, c’est ça le secret!

http://

 

Mais pour aller un plus profondément dans ce sujet, le livre de Thomas D’Ansembourg

«Cessez d’être gentil, soyez Vrai !»est un incontournable.

Il y explique comment les vieilles habitudes de la pensée binaire, de penser plutôt que de ressentir nous éloigne de la conscience unifiée que nous recherchons tous (Vous verrez dans un autre article comment le fait de résister à nos vieux réflexes est un signe d’intelligence).

«Tu es trop égoïste!», vous connaissez ?

Cette conscience binaire« nous fait croire que prendre soin de soi conduit à cesser de prendre soin des autres et que pour prendre soin des autres, il faut s’oublier» …

 

J’ai reçu toute une claque comme on dit quand j’ai relu ce livre car cela faisait résonner en moi et resurgir des expériences du passé que j’aurais pu gérer en me faisant moins de mal :

Je vous en raconte une. Je suis dans un voyage spirituel en partance pour le Chili. Le non moins connu Guy Corneau fait partie du groupe. Nous venons de faire un long voyage et souhaitons tous nous rafraîchir avant de visiter Santiago de chili. Or, seulement quelques chambres sont disponibles et nous devons attendre. Il se fait que dans le groupe de personnes avec qui je fais connaissance pendant cette attente dans le hall, il y a Guy Corneau. Ils sympathisent plus particulièrement avec mes deux acolytes qui proviennent de la même région que lui …et je vous le donne dans le mile, sa chambre à lui se libère. Il accepte que les deux autres personnes se changent dans ces appartements mais m’exclut de la proposition.

Bon sur le coup, et d’ailleurs durant tout le séjour, je l’éviterai…comportement bien enfantin …sans doute ! Dans le fond, il avait bien le droit de refuser une personne de plus dans sa chambre et même de ne pas apprécier ma présence aussi.

Franchement, est – ce qu’une seule personne sur terre, même si c’est Guy Corneau, défini si je suis une personne aimable ou digne de valeur? Non ! On s’entend, c’est juste une personne sur des millions, milliards de personnes…

Ce qui est le plus important donc, n’est pas sa réaction à lui mais ma réaction à moi. Je me suis sentie exclue, victime mais j’avais à respecter ses limites et à entendre mes sentiments (Je me sens triste), à identifier mes besoins (J’aimerais me sentir acceptée), à me situer par rapport à cette situation (Ce sentiment d’exclusion qui se ravivait et qui provient de mon enfance, Guy Corneau n’en était pas responsable. D’autres personnes auraient pu en être moins blessée…) J’ai donc à accueillir en moi ce sentiment d’exclusion et à me démontrer de la bienveillance…là est la vraie guérison (vous devez savoir comme moi que les autres ne nous font que renvoyer des images de nous en miroir) et en tout cas, pas en tapant sur le dos du méchant  Guy Corneau Hahaha!

 

Pour plus liberté :

 

  • On veille le plus possible à définir si on accepte telle situation par besoin de reconnaissance ou par vrai choix personnel.

 

  • On ne s’accuse pas d’être égoïste si c’est le meilleur choix pour nous

 

  • On accueille toute situation qui peut de prime abord être désagréable. Mais je crois fondamentalement qu’elle se présente pour nous aider. Donc, on accepte ses blessures avec bienveillance et on accepte d’être responsable de comment on se ressent par rapport à cette situation. Cela nous apporte un sentiment de liberté

 

  • Ouf respirez ! Un peu de rire là-dessus (pour ceux qui pratiquent le yoga du rire, un bon hohohahaha …) et tout devient plus léger

 

 

En résumé, j’ai les dents jaunes et je m’assume. Est-ce que je vais sauter sur une scène là tout de suite? Non, parce que je ne le sens pas, en tout cas, pas maintenant

Alors en conclusion, si on n’a plus d’excuse pour aller sur ce chemin de réalisation de nous-mêmes, quels pourraient être les moteurs qui nous propulsent à sortir de notre zone de confort si cela est nécessaire?

Avez- vous des idées à ce sujet?

Si vous voulez me faire des commentaires, n’hésitez pas. Je les lirai tous.